AROMATHERAPIE

Aromathérapie
Thérapie par les Huiles Essentielles

Qu'est-ce qu'une huile essentielle ?
C'est un mélange de substances aromatiques produites par de nombreuses plantes et présentes sous la forme de minuscules gouttelettes dans diverses parties de la plante en question.
Ce ne sont pas des corps simples, mais un assemblage de molécules diverses ayant chacune leurs propriétés particulières (Pénoel et Franchomme, dans l'aromathérapie exactement).
Les huiles essentielles représentent la composante la plus subtile et purifiée de la plante.

Les huiles essentielles sont une aide précieuse pour traiter et entretenir la santé de manière naturelle. Leur efficacité a déjà fait l'objet de milliers d'études scientifiques (735 études sont répertoriées dans l'ouvrage du Dr Daniel Pénoël et Pierre Franchomme, « L'aromathérapie exactement », paru en 1996).

Une huile essentielle est la plupart du temps obtenue par distillation de plantes aromatiques ou médicinales. Cela a pour effet de concentrer leurs principes actifs, ce qui augmente leur puissance et parfois également leur éventuelle toxicité. Heureusement, les effets secondaires des plantes sont connus depuis bien plus longtemps que les médicaments synthétiques. Les huiles essentielles doivent donc être maniées avec prudence et connaissance. Leur étude fait l'objet d'une science, l'aromathérapie.

Les huiles essentielles possèdent différentes propriétés et ont donc des effets thérapeutiques qui diffèrent selon leur composition biochimique. Cette composition elle-même est dépendante de divers éléments comme la situation géographique, l'ensoleillement, le sol, le climat ou le moment de la récolte. Afin d'utiliser au mieux les H.E. il convient de connaître leur chémotype.

Effet antiseptique
Effet calmant et antispasmodique
Effet antiparasitaire
Effet anti-inflammatoire
Effet fongicide
Effet expectorant
Effet diurétique…
Effet tonique
Effet assainissant
Effet cicatrisant

Exemple : Les huiles essentielles ont un rôle majeur à jouer lors d'infections bactériennes aiguës, et surtout chroniques : les sinusites chroniques, les cystites à répétition, les bronchites chroniques des fumeurs, les otites à répétition des enfants.

On sait que l'usage trop fréquent des antibiotiques affaiblit le malade, abaisse ses défenses, perturbe sa flore intestinale, favorise les mycoses, rend les bactéries plus résistantes, ce qui prédispose à des infections plus fréquentes. Ce cercle vicieux aboutit à des situations comme celles d'enfants gavés d'antibiotiques à longueur d'année pour des sinusites ou des otites à répétition. Comment peut-on décemment continuer à traiter ainsi des enfants qui deviennent de plus en plus malingres, au nom du sacro-saint dogme de l'industrie pharmaceutique « infection bactérienne = antibiotiques ».
Il est temps que la médecine naturelle retrouve la place qui lui est due. Bien entendu, les antibiotiques ont permis de sauver des vies, personne ne peut le nier, mais il faut les réserver pour des cas graves. En règle générale, pour toute maladie, il faudrait chercher une réponse avec des moyens naturels (phytothérapie, aromathérapie, homéopathie, acupuncture, entre autres) et, seulement en dernier recours, utiliser des médicaments de synthèse. Actuellement, c'est l'inverse qui est le plus souvent appliqué : On prend des médicaments chimiques. Si les résultats sont insatisfaisants, ou les effets secondaires trop forts, on arrête le traitement et avec un peu de chance, on se tourne vers des moyens naturels. C'est raisonner à contresens.

Les avantages des huiles essentielles à visée anti-infectieuse sont les suivants :

  • elles respectent le fragile équilibre de la flore des muqueuses (intestinale, buccale, vaginale). Le nombre de bactéries, de levures et de parasites que nous hébergeons naturellement dans notre tube digestif est environ cent fois plus important que le nombre total de nos cellules. Autrement dit, nous avons plus de cellules étrangères dans notre tube digestif, que dans notre corps. Ces différentes espèces de bactéries s'équilibrent entre elles, et entre les autres populations. Cette flore intestinale nous est nécessaire en produisant des vitamines. Un antibiotique chimique composé de seulement une ou deux molécules ne va agir que sur les bactéries ou certains groupes de bactéries. Ce qui va donc laisser la place aux autres bactéries, parfois nuisibles, ou aux champignons. On évite ainsi l'apparition de mycoses vaginales ou buccales, de colites post-antibiotiques.
Elles agissent, à la fois contre les bactéries, les virus, les champignons, avec une intensité variant selon l'huile essentielle utilisée, et, dans une moindre mesure, contre les parasites. Les huiles essentielles ne vont donc pas favoriser une population au détriment des autres.

Les huiles essentielles sont un concentré de molécules naturelles, souvent puissantes, parfois dangereuses, qui doit nous faire connaître et respecter leurs contre-indications. On peut concevoir cette attitude comme celle d'un consommateur de champignons : n'utiliser que ceux que l'on connaît bien.

Outre les soins ou les massages aux huiles essentielles, le centre CESANE organise divers cours ou ateliers de formation en aromathérapie.

AROMATHERAPIE - SOINS PAR LES HUILES ESSENTIELLES

Les huiles essentielles sont une aide précieuse pour traiter et entretenir la santé de manière naturelle. Leur efficacité a déjà fait l'objet de milliers d'études scientifiques (735 études sont répertoriées dans l'ouvrage du Dr Daniel Pénoël et Pierre Franchomme, « L'aromathérapie exactement », paru en 1996).

Une huile essentielle est la plupart du temps obtenue par distillation de plantes aromatiques ou médicinales. Cela a pour effet de concentrer leurs principes actifs, ce qui augmente leur puissance et parfois également leur éventuelle toxicité. Heureusement, les effets secondaires des plantes sont connus depuis bien plus longtemps que les médicaments synthétiques. Les huiles essentielles doivent donc être maniées avec prudence et connaissance. Leur étude fait l'objet d'une science, l'aromathérapie.

Les huiles essentielles possèdent différentes propriétés et ont donc des effets thérapeutiques qui diffèrent selon leur composition biochimique. Cette composition elle-même est dépendante de divers éléments comme la situation géographique, l'ensoleillement, le sol, le climat ou le moment de la récolte. Afin d'utiliser au mieux les H.E. il convient de connaître leur chémotype.

Effet antiseptique
Effet calmant et antispasmodique
Effet antiparasitaire
Effet anti-inflammatoire
Effet fongicide
Effet expectorant
Effet diurétique…
Effet tonique
Effet assainissant
Effet cicatrisant

Exemple : Les huiles essentielles ont un rôle majeur à jouer lors d'infections bactériennes aiguës, et surtout chroniques : les sinusites chroniques, les cystites à répétition, les bronchites chroniques des fumeurs, les otites à répétition des enfants.

On sait que l'usage trop fréquent des antibiotiques affaiblit le malade, abaisse ses défenses, perturbe sa flore intestinale, favorise les mycoses, rend les bactéries plus résistantes, ce qui prédispose à des infections plus fréquentes. Ce cercle vicieux aboutit à des situations comme celles d'enfants gavés d'antibiotiques à longueur d'année pour des sinusites ou des otites à répétition. Comment peut-on décemment continuer à traiter ainsi des enfants qui deviennent de plus en plus malingres, au nom du sacro-saint dogme de l'industrie pharmaceutique « infection bactérienne = antibiotiques ».
Il est temps que la médecine naturelle retrouve la place qui lui est due. Bien entendu, les antibiotiques ont permis de sauver des vies, personne ne peut le nier, mais il faut les réserver pour des cas graves. En règle générale, pour toute maladie, il faudrait chercher une réponse avec des moyens naturels (phytothérapie, aromathérapie, homéopathie, acupuncture, entre autres) et, seulement en dernier recours, utiliser des médicaments de synthèse. Actuellement, c'est l'inverse qui est le plus souvent appliqué : On prend des médicaments chimiques. Si les résultats sont insatisfaisants, ou les effets secondaires trop forts, on arrête le traitement et avec un peu de chance, on se tourne vers des moyens naturels. C'est raisonner à contresens.

Les avantages des huiles essentielles à visée anti-infectieuse sont les suivants :
  • elles respectent le fragile équilibre de la flore des muqueuses (intestinale, buccale, vaginale). Le nombre de bactéries, de levures et de parasites que nous hébergeons naturellement dans notre tube digestif est environ cent fois plus important que le nombre total de nos cellules. Autrement dit, nous avons plus de cellules étrangères dans notre tube digestif, que dans notre corps. Ces différentes espèces de bactéries s'équilibrent entre elles, et entre les autres populations. Cette flore intestinale nous est nécessaire en produisant des vitamines. Un antibiotique chimique composé de seulement une ou deux molécules ne va agir que sur les bactéries ou certains groupes de bactéries. Ce qui va donc laisser la place aux autres bactéries, parfois nuisibles, ou aux champignons. On évite ainsi l'apparition de mycoses vaginales ou buccales, de colites post-antibiotiques.
Elles agissent, à la fois contre les bactéries, les virus, les champignons, avec une intensité variant selon l'huile essentielle utilisée, et, dans une moindre mesure, contre les parasites. Les huiles essentielles ne vont donc pas favoriser une population au détriment des autres.

Les huiles essentielles sont un concentré de molécules naturelles, souvent puissantes, parfois dangereuses, qui doit nous faire connaître et respecter leurs contre-indications. On peut concevoir cette attitude comme celle d'un consommateur de champignons : n'utiliser que ceux que l'on connaît bien.

Outre les soins ou les massages aux huiles essentielles, le centre CESANE organise divers cours ou ateliers de formation en aromathérapie. Pour en savoir plus, veuillez cliquer sur le lien suivant :
Cours Aroma