MEDITATIONS

Le centre de santé naturelle CESANE propose différents types de méditations :

MEDITATIONS ACTIVES selon OSHO

Des soirées de méditations actives sont proposées régulièrement au centre CESANE
Méditations OSHO

MEDITATION PLAISIR

Cliquez pour agrandir l'imageToute activité devrait être accomplie avec plaisir. Cela indique que les bonnes personnes sont à l'oeuvre au bon moment, au bon endroit et dans une activité adaptée. Pratiquer sans plaisir mène à l'ennui, au dégoût et au rejet. Cela s'applique à toute activité: On peut apprendre avec plaisir, s'alimenter avec plaisir, danser parce que l'on aime.

MEDITATION AVEC LES CRISTAUX

Courte séance de yoga pour apaiser l'esprit.
Petit exposé sur les chakras.
Equilibrage des centres énergétiques avec un icosaèdre en cristal de roche.
Méditation guidée avec un ou plusieurs cristaux.

MEDITATION : QUESTIONS REPONSES

Pouvons-nous améliorer notre santé physique grâce à la méditation ?
Les problèmes de santé proviennent principalement de quatre sources : 1. un lieu et un mode de vie inadéquat. 2. la consommation d'aliments inadaptés (produits laitiers, céréales modernes, aliments trop cuits, raffinés ou pollués). 3. Le manque d'activité physique respectueuse du corps, et surtout : 4. le mental désorienté. Les illusions, les identifications, l'attachement à l'instable, les projections et attentes entraînent des émotions perturbatrices : colère, surexcitation, rumination, tristesse, peurs, honte, culpabilité. Les émotions entretenues par le mental perturbent la circulation de l'énergie vitale et provoquent les maladies. La méditation permet se sortir des schémas mentaux inadéquats et de redécouvrir la paix intérieure.
En ce sens, méditer est une pratique des plus importantes pour la santé physique et psychique.

Y-a-t-il une façon particulière de méditer ?
L'état méditatif est naturel pour l'être humain. Par exemple : être complètement absorbé, sans pensées, dans la contemplation de la beauté de la nature. Ou encore : ressentir une profonde détente, le mental apaisé après une marche de quelques heures. La pratique de la méditation est freinée par les contraintes de temps. La survie dans une société industrialisée laisse peu de disponibilité pour s'occuper de soi. Cependant, il est possible de méditer à tout moment, en tout lieu, en redevenant conscient de sa respiration et des pensées. Méditer consiste à stopper l'activité habituelle du mental. Dans un premier temps il peut être utile de focaliser son attention sur un objet réel (par exemple, la flamme d'une bougie), ou imaginaire. Ensuite chercher à vider complètement l'esprit. En cessant de s'identifier au corps, à l'histoire personnelle ou familiale et au mental, on peut se relier à sa véritable identité, la conscience immuable.

Est-ce que la méditation ne risque pas de nous éloigner de notre réalité quotidienne ?
On croit être plus efficace en utilisant son mental dans les activités quotidiennes. C'est juste le contraire. Il est difficile de se concentrer sur plusieurs choses à la fois. Le mental est limité et ne peut se focaliser que sur un sujet.  En gardant l'esprit vide, tout en étant présent, on réalise spontanément et correctement ce qui est à accomplir. En lâchant prise, l'intelligence globale de l'être agit. Si un sportif ou un musicien utilise son mental pour jouer, il se produit des ratés.  En jouant avec un mental apaisé, le jeu devient fluide et harmonieux. L'ego possède une vision incomplète du monde, limitée par les sens et le mental, déformée par les expériences du passé. Ainsi le mental ne sait ce qui est bon pour lui. Cela entraîne hésitations, doutes, incertitudes, regrets. Ce que l'on nomme habituellement "réalité quotidienne" est tout sauf réaliste: c'est un fatras de préjugés, de croyances approximatives ou complètement erronées sur soi-même, les autres et le monde. Méditer permet d'aller au-delà des croyances pour retrouver sa véritable nature : l'esprit universel.

Y-a-t'il des contre-indications à la méditation, tout le monde peut-il méditer ?
On pourrait dire : tout le monde devrait méditer ! La majorité du temps, l'attention est portée sur le monde extérieur : les tâches à accomplir, les personnes dont il faut s'occuper, les loisirs et les distractions. On oublie ou néglige l'essentiel : la reconnaissance de son être profond. Tout le monde peut méditer, mais le principal obstacle est la résistance du mental qui ne cesse de produire des pensées, agréables ou désagréables, pour continuer à se sentir exister : "Je pense donc je suis". Erreur fondamentale : dans le sommeil profond ou dans un état méditatif, le mental cesse son activité. Et pourtant, on continue d'exister ! La plus grande peur de l'ego est sa disparition. L'être humain s'identifie ordinairement à son ego, son mental, sa personnalité et son corps physique. Tous ces attributs sont fluctuants et amenés à se dissoudre, donc illusoires.

La méditation est avant tout une pratique spirituelle voire religieuse ?
Il s'agit d'une démarche spirituelle qui permet de retrouver son véritable soi, le pur esprit. Même si l'esprit paraît englué dans la matière. La fonction du mental, outil de l'ego, est de maintenir une sensation de séparation entre soi et le reste du monde. Cette perception limitée est la source de toutes les souffrances : la comparaison entraîne un sentiment de supériorité ou d'infériorité, l'envie, la jalousie, le jugement, la haine et le rejet. Concevoir tout ce qui existe comme une unité harmonieuse, se trouvant également en soi, permet de sortir de la dépendance affective, de l'appropriation illusoire et du sentiment de perte.
Cela peut être une pratique religieuse dans le sens profond du mot religion : se relier au Tout en transcendant les limites de l'ego. La plupart des religions ont proposé des formes de méditation, mais trop souvent les dogmes des églises ont tendance à diviser plutôt qu'à unir.

Faut-il avoir suivi un enseignement pour pouvoir pratiquer la méditation ?
L'école ne nous apprend pas à méditer. Les programmes scolaires habituels contiennent des notions parfois utiles, souvent superflues, mais passent à côté de l'essentiel. La société de consommation et la pression du rendement réprime l'état méditatif en le taxant de rêverie. Il s'agit donc de réapprendre à méditer, soit en autodidacte, soit en suivant un enseignement. Les effets bénéfiques se ressentent avec une pratique régulière. En apprenant à ne pas se culpabiliser ou se décourager par l'absence de résultats immédiats.